La couronne des esclaves – David Weber & Eric Flint

Commentaires 4 Par défaut

Quasi-indispensable à la compréhension de la série principale, bon et dépaysant en lui-même, ce roman marque aussi la naissance de deux nouvelles héroïnes

crown_of_slaves

Vous êtes peut-être comme moi, c’est-à-dire que lorsque vous avez lu le tome 10 des aventures d’Honor Harrington, Plaies d’honneur, vous êtes tombé sur des références à des personnages et des événements qui n’étaient pas présents dans le Tome 9, Les Cendres de la victoire. Interloqué, vous vous précipitez vers la liste des romans de l’Honorverse (=l’univers d’Honor Harrington), pour voir si par hasard, vous n’auriez pas sauté un tome. Damned ! Ce n’est pas le cas ! Mais alors, d’où tout cela sort-il ? La réponse est dans ce livre : ces événements ne sont pas décrits dans la série principale, mais dans une des séries dérivées, se passant dans l’Honorverse mais ne mettant pas en scène Honor Harrington.

La question que vous vous posez probablement est : l’achat de ce livre est-il indispensable ? Je dirais non mais oui. Je m’explique : certes, il est assez désagréable de ne pas tout comprendre à la lecture de Plaies d’Honneur, mais ce n’est pas non plus insurmontable (c’est une minorité du bouquin après tout). MAIS par contre, La Couronne des esclaves va introduire ou mettre en lumière des personnages / nations / organisations qui auront par la suite une importance capitale dans les tomes postérieurs à Plaies d’Honneur dans le cycle principal. Donc, de ce point de vue là, l’achat et la lecture de la Couronne des esclaves me paraît quasi-incontournable. De plus, le tome 2 explique clairement pourquoi et comment Erewhon est sorti de l’orbite Manticorienne, avec toutes les répercussions stratégiques que ça a entraîné (comme la majorité des Honor Harrington et des séries dérivées, La couronne des esclaves est en effet scindé en deux tomes).

Par contre, attendez-vous à une deuxième surprise : le background de plusieurs personnages de La couronne vous permet rapidement de comprendre que, là aussi, on fait référence à des événements qui sont supposés être déjà connus du lecteur (à propos d’Anton, de Berry et de Victor, principalement) : cette histoire est en fait racontée dans une des nouvelles de Autour d’Honor, Tome 3 : Une aspirante nommée Harrington. Là par contre, l’achat est facultatif : il permet de combler les blancs, mais ne me paraît pas aussi indispensable à la compréhension de la série principale post-tome 10 que La couronne.

Ce petit point sur l’Honorverse étant fait, passons à la critique du roman en lui-même  :

Tome 1

Ce qui est très intéressant, outre des tas de nouveaux personnages fort sympathiques, c’est le changement de thématique : en effet, la série principale est essentiellement basée sur des batailles spatiales et des intrigues politiques /spatiopolitiques (de géopolitique spatiale). Certes, intrigues politiques il y a dans La couronne, mais deux nouvelles thématiques émergent : le mouvement d’abolition de l’esclavage et les opérations spéciales, les « Black Ops » comme les nomment nos amis anglo-saxons. En clair, pas de bataille spatiale (dans ce tome 1 du moins), pas de bataille rangée entre soldats, mais des tas de groupes de factions opposées tentant de mettre sur pied un plan pour enlever une personnalité / empêcher cet enlèvement et / ou tuer les assaillants. Et quand je dis des tas, c’est vraiment le cas : Manticoriens, Havriens, Erewhoniens, Mesans, Masadiens, Solariens, c’est toute la galaxie qui s’invite à la fête.

Je le disais plus haut, la plupart des nouveaux personnages sont très intéressants, à commencer par Victor, Anton et Thandi. Le carré amoureux formé par Victor / Ginny / Naomi / Thandi est particulièrement savoureux, notamment.
Le roman est assez lent à démarrer, au début il y a une phase incontournable de présentation des nouveaux personnages, de la situation et des enjeux. Par contre, quand ça décolle, le rythme est impitoyable et d’une maîtrise impressionnante, digne des meilleurs passages de la série principale. La coupure entre les deux tomes est également bien faite.

Un mot sur la présentation : j’aime bien le travail de Genkis, et là je trouve que dans la partie droite de l’image, il a réussi l’impossible en représentant de façon très intelligente un des points clefs du roman. Par contre, je trouve la partie inférieure gauche de l’illustration trop sombre, mais ça n’engage que moi.

Tome 2

Le tome 2 est encore plus intéressant que le premier, car on est directement dans l’action, sans les longues phases de présentation des protagonistes, de la situation et des lieux où l’intrigue va se dérouler du tome 1. Et action il y aura, sous la forme de combats dans deux stations spatiales et un vaisseau. Mais le plus intéressant reste tout le processus de formation d’une nouvelle nation stellaire, Torche, notamment en ce qui concerne le choix du mode de gouvernement ainsi que ses membres. Toute la théorie mathématique appliquée par Web du Havel pour ce faire a un vague mais fort agréable parfum de psychohistoire (cf cycle de Fondation d’Asimov).

Si Honor Harrington fait une courte apparition (le temps d’un petit chapitre), ne vous-y trompez pas, ce tome 2 voit avant tout l’émergence de deux nouvelles héroïnes dans l’Honorverse, Thandi Palane et bien entendu Berry. Les jalons posés, que ce soit pour les séries dérivées ou le cycle principal mettant en scène Honor Harrington elle-même, sont aussi très importants. Nous avons notamment une vision plus claire de la sortie de l’orbite Manticorienne d’Erewhon, aux importantes conséquences militaires du fait des transferts de technologie qu’elle permet en direction des Havriens.

A signaler une très belle couverture de Genkis, j’ai envie de dire encore plus que d’habitude du fait de très belles couleurs. Et comme d’habitude, l’illustration résume parfaitement les points les plus marquants du livre. Bravo l’artiste pour ce travail à la fois esthétique et intelligent.

En conclusion

Intéressant et relativement novateur en lui-même, quasi-indispensable pour la compréhension de la série principale au niveau du tome 10 et ultérieurs, ce livre voit aussi et surtout l’émergence de deux nouvelles héroïnes dans l’Honorverse.

Pour aller plus loin

Il s’agit du premier tome d’un cycle : retrouvez sur Le culte d’Apophis les critiques du tome 2 et du tome 3.

Publicités

4 réflexions sur “La couronne des esclaves – David Weber & Eric Flint

  1. Pingback: L’ombre de Saganami – David Weber | Le culte d'Apophis

  2. Pingback: Les bas-fonds de Mesa – David Weber & Eric Flint | Le culte d'Apophis

  3. Pingback: Torche de la liberté – David Weber / Eric Flint | Le culte d'Apophis

  4. Pingback: Coûte que coûte – David Weber | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s