L’œil d’Apophis – Numéro 6

Commentaires 19 Par défaut

Eye_of_ApophisSixième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui sont sortis il y a longtemps et ont été oubliés, qui n’ont pas été régulièrement réédités, ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, et j’en passe. Chaque numéro vous présente trois romans : aujourd’hui, il s’agit de L’échelle de Darwin de Greg Bear, Palimpseste de Charles Stross et La plage de verre de Iain Banks.

Au passage, sachez que vous pouvez retrouver les anciens numéros de l’œil via ce tag ou bien cette toute nouvelle page. Je vous rappelle aussi que les romans présentés ici ne sont pas automatiquement des chefs-d’oeuvre ou ceux recommandés par le site à n’importe quel amateur de SFFF (si c’est ce que vous cherchez, voyez plutôt le tag  (Roman) Culte d’Apophis).

L’échelle de Darwin – Greg Bear

darwin_bearL’échelle de Darwin est le premier roman d’un diptyque (la seconde partie s’appelle Les enfants de Darwin) écrit par Greg Bear, et relevant de la SF biologique (celle centrée sur cette science plutôt que sur la physique). Il confronte le monde (quasi-actuel) à différents mystères, qui se révéleront en fait liés : d’une part une « épidémie » de fausses-couches au niveau mondial, d’autre part la découverte de charniers marquant un ancien génocide (et le terme a rarement été plus approprié…), et enfin celle de cadavres de Néanderthaliens, dont une femme enceinte. Et la rumeur de l’apparition de bébés étranges, qui ne semblent pas humains…

Même s’il n’a pas que des qualités, ce livre aborde quelque chose qui est le plus souvent délaissé par la SF qui s’intéresse à l’avenir de l’homme sous un angle transhumaniste. Je ne vais pas dévoiler de quoi il s’agit, mais disons qu’à part les romans / comics traitant de Mutants / télépathes apparaissant dans la population générale, peu d’œuvres abordent ce thème, alors qu’il s’agit d’une question fondamentale que chacun d’entre nous pourrait se poser. Ce qui est intéressant, également, est que c’est vu à hauteur d’homme, ou plutôt de femme dans ce cas-là : une des protagonistes se retrouve enceinte, mais de quoi, exactement ? A quoi va ressembler l’enfant ? Va-t’il survivre ?

Notez que le second roman, lui, s’intéresse « au monde d’après », et à la façon dont les, hum, nouveaux enfants s’intègrent (ou pas) à la société, hum, humaine.

Palimpseste – Charles Stross

palimpseste_strossSi vous avez la curiosité de lire les avis sur Palimpseste, roman court de Charles Stross, sur des plate-formes aussi diverses que Babelio ou les sites marchands, vous en viendrez à la conclusion que ce texte est confus et sans grand intérêt. Dans les deux cas, vous feriez une énorme erreur. Cette novella n’est pas confuse, elle est exigeante (c’est très différent…), encore que bien moins que certains ne veulent le faire croire, et d’autre part, j’ai très rarement vu une histoire d’une ambition, d’un sense of wonder, aussi démesurés. Le cœur de l’intrigue est en effet constitué par les efforts d’une organisation disons… trans-temporelle pour sauver le monde, l’homme et la civilisation de l’extinction ou de la destruction… à tout prix. Même celui de… j’allais dire trafiquer, mais non, pas de bricolage ici, plutôt de l’industrie lourde, de modifier, donc, que ce soit la ligne temporelle ou l’architecture du système solaire tout entier ! (les étoiles, c’est pourri, vive le nécrosoleil !).

Donc non seulement Palimpseste n’est ni mauvais, ni hautement dispensable, mais c’est tout le contraire : c’est un texte brillant que n’importe quel amateur de SFFF devrait lire. Sachant que oui, c’est vrai, il est parfois exigeant. Mais c’est le cas de toutes les grandes œuvres, non ?

La plage de verre – Iain M. Banks

plage_de_verre_banksAutre roman souvent malmené par la critique : La plage de verre, de Iain M. Banks. Mais d’abord, quelques mots sur l’auteur : Banks était un écrivain écossais, récemment décédé (beaucoup trop tôt, hélas), qui a mené avec succès deux carrières en parallèle, une en littérature générale (sous le nom de Iain Banks, sans le « M » de son deuxième prénom, Menzies), et une SF (sous l’étiquette Iain M. Banks). Et même au sein de ce dernier volet de sa bibliographie, existe une seconde dichotomie : d’une part son cycle phare, celui de la Culture (qu’on se le dise, cette saga est in-con-tour-na-ble en SF, autant qu’Hypérion de Dan Simmons, à mon sens, même si dans un style profondément différent), et d’autre part des romans SF mais qui ne sont pas rattachés à la Culture (outre celui dont nous parlons aujourd’hui, citons L’algébriste ou Transition). Globalement, les premiers ont une réputation incomparablement supérieure aux seconds, certains étant même assez malmenés (L’algébriste, notamment).

Vous serez donc éventuellement susceptible de lire que La plage de verre est insipide, mauvais, ou au mieux qu’il a du potentiel, mais qu’il a été mal exploité par l’auteur. Je trouve ces commentaires exagérés, voire pour certains fantaisistes, mais il faut tout de même reconnaître qu’on est assez loin de ces chefs-d’oeuvre que sont les tomes de la Culture. Pour autant, si ce roman palit de la comparaison, est-il mauvais ? Certainement pas ! Le monde est très original (un système solaire isolé dérivant dans l’espace intergalactique), la fin poignante, et puis c’est du Banks, bordel ! Même un mauvais, ou disons ici, perfectible bouquin de cet auteur dépasse largement la production passée, présente ou probablement à venir en SF. Bref, je ne pense pas que ce livre méritait de finir dans l’oubli et un certain mépris, d’où le fait que je vous incite à le découvrir (ou le redécouvrir, pourquoi pas) sans a-priori. Et même si vous ne l’aimiez pas, lisez la saga de la Culture, si j’avais UN cycle en SF à recommander, ce serait sans hésitation celui-là !

 

Publicités

19 réflexions sur “L’œil d’Apophis – Numéro 6

  1. Ah ben dis donc, ce sont quand même trois poids lourds que tu nous suggères là, et je suis d’accord qu’aucun de ces livres ne mérite l’oubli ou le mépris. Et je dirais même plus : bien au contraire. Notamment Palimpseste qui est à mon sens une perle rare de haute valeur.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, nous sommes d’accord. Et d’ailleurs, heureusement que tu étais là pour remettre un peu les pendules à l’heure, que ce soit sur Amazon ou Babelio !

      J'aime

  2. J’avais lu 2 tomes de la culture il y a des années, il faudrait vraiment que je m’y remette pour explorer ce cycle =)

    J’ai aussi depuis un moment l’envie de tester Charles Stross, c’est un auteur qui me parle.

    Aimé par 1 personne

  3. Bien le bonjour noble lecteur,
    Une fois encore vous avez raison et votre parole est juste autant que lucide, merci pour ses œuvres dévalorisées qui sont pourtant fort singulières.
    Que le silence des mondes vous accompagne.
    Amicalement vôtre.
    L.

    J'aime

  4. Ah! je vois que j’ai eu le nez en veine : J’ai 2 des romans dans ma PAL et l’autre dans ma wish. Il s’agit du Stross que tu m’avais déjà recommander… donc dans la wish.
    Le Bear et le Banks me tentent vraiment, notamment le Banks en attendant de lire la Culture, car finalement, je me dis que pour l’apprécier vraiment, il faut sans doute que je ne cherche pas (volontairement ou pas) à le comparer à son cycle phare!
    C’est une bonne idée cette nouvelle page!
    Merci encore de ces petites perles que tu nous dégotes!

    Aimé par 1 personne

  5. Comme toujours « l’œil d’Apophis » est riche de conseils appétissants…Bear bien sûr, mais surtout Banks qui m’attire toujours autant et que je ne sais toujours pas par où aborder…
    « Palimpseste » fut l’objet de l’une de mes première chroniques (que je viens de relire et qui mériterait une bonne séance de réécriture) et m’a réellement plus, me laissant sur un très fort goût de « reviens-y ». Exigent, dense… Je me demandais justement il y a quelques semaines ce qu’en aurait fait un autre éditeur, genre…tiens le Bélial, par exemple, dans sa collection une heure lumière. L’accueil aurait peux être été identique, mais assurément pas la sortie dans un quasi-anonymat. Bien sûr, cette réflexion de refera pas l’histoire…

    Aimé par 1 personne

    • C’est marrant, j’ai eu la même réflexion, à savoir que Palimpseste était un « Une heure-lumière » avant l’heure (^^).

      Concernant Banks, j’aurais tendance à te conseiller de lire le cycle de la Culture d’abord, et le reste de son oeuvre ensuite. Et d’aborder le cycle par L’homme des jeux qui reste, pour moi, l’introduction la plus facile à l’univers de la Culture, avant de poursuivre par L’usage des armes puis Une forme de guerre. Et après ça, dans l’ordre de parution : Excession, puis Le sens du vent, puis Trames, Les enfers virtuels et enfin La sonate hydrogène. Sachant que tu peux lire L’essence de l’art et Inversions un peu quand tu veux après avoir lu L’homme des jeux.

      Aimé par 1 personne

    • Il n’y a pas de raison. Tu lis pas mal de livres que je n’ai pas eu l’occasion de lire, et de mon côté je lis ou j’ai lu certains romans que tu n’as pas encore pu lire. Donc je suis autant en marge et à la bourre que toi ^^

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s