Dark Vador vs Monsieur Spock – Olivier Cotte / Jeanne-A Debats

Commentaires 23 Par défaut

Le concept était intéressant à la base, mais l’ignorance totale des fondamentaux même de Star Trek manifestée par les auteurs fait rapidement s’effondrer tout l’édifice

J’ai reçu ce livre dans le cadre de l’opération Masse Critique organisée par Babelio. Je remercie d’ailleurs ce site, ainsi que les éditions Dunod.

dark_vador_vs_spockLe concept mis au point par les deux auteurs (dont Jeanne-A Debats, un nom connu des amateurs de SFFF) était à la base intéressant : départager Star Trek et Star Wars pour le titre de plus grande saga de SF de tous les temps via un match en 101 rounds, comprenez 101 paragraphes essayant, en un recto (plus une illustration ou un tableau récapitulatif), de comparer les deux œuvres sur différents thèmes, du plus concret et sérieux au plus futile.

Ceux qui me suivent depuis un certain temps savent que j’ai une règle : je finis toujours un livre commencé. Sauf que toute règle a une exception, et qu’il ne m’a pas fallu plus de 41 pages (sur 220) pour me forger une opinion définitive (et je le dis tout de suite, très négative) sur cet ouvrage. En effet, lorsqu’on a l’ambition de comparer deux sagas, la condition sine qua non est de connaître les deux univers et d’en avoir compris et assimilé les fondamentaux. Il ne m’a hélas pas fallu bien longtemps, en tant que Trekkie chevronné, pour m’apercevoir que les deux auteurs ont une connaissance de l’univers de Star Trek que je qualifierais de très lacunaire et (très) superficielle, et que (et c’est le plus important) ils n’ont strictement rien compris aux fondamentaux de cet universLire la suite

Le tropique des serpents – Marie Brennan

Commentaires 15 Par défaut

Un tome 2 qui marque quelques évolutions mais qui, fondamentalement, est une copie du premier

tropic_of_snakesLe tropique des serpents est le deuxième volume des Mémoires de Lady Trent, après Une histoire naturelle des dragons. Rappelons que le cycle comptera cinq tomes au total, que le quatrième est sorti en avril aux USA , et que le dernier est prévu au printemps 2017. L’auteure a déjà annoncé qu’il n’y aura pas de romans supplémentaires, mais potentiellement des nouvelles / novellas devant combler certains blancs (l’une d’elles a déjà été écrite et se déroule entre deux des livres).

Une fois de plus, c’est l’illustration de couverture de Todd Lockwood qui nous frappe en premier. Signalons aussi que les illustrations intérieures en noir et blanc sont toujours présentes, bien que relativement inégales (mais le portrait en page 41 est juste magnifique -la demoiselle est vraiment très jolie-).

Nous avons cette fois affaire à une Isabelle de 23 ans, ayant une aura un peu plus solide sur le plan scientifique, et surtout nettement plus indépendante et libre de ses mouvements que dans le tome précédent (du moins en première approximation). Elle va s’embarquer pour l’équivalent local de l’Afrique pour y étudier les espèces de dragons indigènes, sans se douter qu’elle va mettre les pieds dans un bel imbroglio politico-miltaro-industriel.  Lire la suite

Children of time – Adrian Tchaikovsky

Commentaires 21 Par défaut

Un Bernard Werber 2.0 rencontre Vinge, Brin et Baxter dans un chef-d’oeuvre de Hard SF anti-Starship Troopers mettant au centre de son univers la coopération, l’empathie et l’ouverture vers l’autre

children_of_timeAdrian Tchaikovsky est un auteur britannique confirmé (et, dans la vie de tous les jours, un juriste), écrivant aussi bien de la Fantasy (son cycle Shadows of the Apt, qui compte la bagatelle de dix romans, plus un peu de Flintlock et même de la Fantasy à la limite de la parodie) que de la science-fiction. Children of Time relève de ce dernier genre : lauréat du prix Arthur Clarke 2016, ce livre a impressionné d’autres écrivains de SF (et pas des moindres : citons James Lovegrove et Peter Hamilton) par l’ambition de son propos. L’auteur est un entomologiste amateur, et le monde des insectes a fortement inspiré son oeuvre (dans Shadows of the Apt, chaque civilisation tire son nom et certaines de ses particularités d’un type d’arthropode particulier). De plus, souvent, dans ses livres, la technologie n’est pas statique mais évolue constamment. Children of time ne fait pas exception : suite à une expérience d’élévation (comme chez David Brin) qui a mal tourné, nous suivons l’évolution de races d’araignées, de fourmis et d’autres créatures sur une planète extrasolaire, tout en contemplant les efforts désespérés des derniers représentants de l’humanité pour survivre à l’auto-destruction de la Terre.

C’est avec cet ouvrage que j’inaugure la lecture (quasi-)systématique d’au moins un livre en VO chaque mois. Afin que vous soyez à même de les retrouver très facilement, les romans lus en anglais sont regroupés en tags (le nuage d’étiquettes se trouve tout en bas de la colonne de droite du blog), un pour la Fantasy, un pour la SF, un pour l’uchronie, etc. Cliquez sur le tag correspondant et vous arriverez sur une page centralisant toutes les critiques concernées.  Lire la suite

Rêves d’acier – Glen Cook

Commentaires 15 Par défaut

Madame et le Temple Maudit

reves_acierRêves d’acier est le second (et dernier) des Livres du Sud, deuxième sous-cycle de la Compagnie noire (je considère, comme les américains, que La pointe d’argent fait le lien entre les Livres du Nord et ceux du Sud, et ne fait pas partie de ces derniers). Il constitue la suite directe du tome précédent et reprend exactement là où ce dernier s’est arrêté. Pour autant, il y a une différence de taille : le narrateur. Poursuivant jusqu’à son terme logique une démarche entreprise depuis deux tomes déjà et consistant à mettre la Dame de plus en plus en avant, Glen Cook en fait à la fois le Capitaine et l’Annaliste de la Compagnie noire. Dans les annales, Rêves d’acier sera donc connu comme « le livre de Madame », tout comme les précédents étaient les « livres de Toubib ».

Inutile de dire qu’à lui seul, ce changement de narrateur (et de rôle de ce personnage emblématique du cycle dans son ensemble) rend déjà ce roman très intéressant, un jugement qui ne fera que se confirmer au fur et à mesure de sa lecture.

Lire la suite

The Expanse – tome 3 – La porte d’Abaddon – James S.A. Corey

Commentaires 8 Par défaut

James S.A Corey fait son « Aux mains de l’ennemi »

abaddons_gateLa porte d’Abaddon est le troisième tome du cycle The Expanse, après L’éveil du Léviathan et La guerre de Caliban. Une chose va probablement vous sauter immédiatement aux yeux : cette fois, Actes Sud propose une couverture un minimum esthétique, contrairement à l’horreur mauve et jaune fluo du roman précédent de la série. C’est en fait celle de la version originale, signée Daniel Dociu (un nom bien connu des aficionados de MMORPG), qui a été reprise, et on espère qu’il en ira de même pour les livres suivants.

Je ne vais pas faire durer le suspense : ce roman est, et de loin, le moins intéressant des trois déjà parus (le cycle en compte actuellement 5 en VO, 3 autres sont prévus -dont un cette année-, ainsi qu’un total de 5 novellas et 2 nouvelles). En fait, ce qui y est raconté n’aurait dû constituer qu’une partie du tome suivant, à mon avis, ou au moins être raccourci pour aller à l’essentiel. Parce que là, en gros, il y a quelque chose comme 300 pages qui ne servent à rien, et qui, en plus, sont racontées non pas platement, mais qui peinent à impliquer et plus encore à passionner le lecteur. Le parallèle avec un roman du cycle Honor Harrington est assez net, ce que je vais m’employer à vous expliquer dans ce qui suit.  Lire la suite

Jeux d’ombres – Glen Cook

Commentaires 12 Par défaut

Un très bon tome, mais qui souffre de la comparaison avec ses prédécesseurs et qui n’est pas exempt de défauts parfois assez sérieux

compagnie_noire_5Jeux d’ombres est le premier roman d’une nouvelle phase du cycle de la Compagnie Noire : les Livres du Sud. Il fait suite aux trois livres du Nord (La compagnie noire, Le Château noir, La rose blanche) et au tome de transition entre les deux sous-cycles, La pointe d’argent. D’ailleurs, les événements du roman se déroulent en parallèle de ceux de ce dernier livre, du moins au début. Il est donc plus facile de saisir certaines références si on a lu La pointe d’argent en quatrième position et pas en sixième comme la numérotation adoptée par les deux éditeurs français le préconise.

Ce roman marque de très nombreux changements, dont un de taille : un complet déplacement géographique de la Compagnie vers son continent d’origine, globalement inspiré par notre Afrique terrestre. L’enjeu des Livres du sud est en effet de montrer le retour aux sources entrepris par l’unité vers sa ville de naissance, la fameuse Khatovar dont nous entendons parler depuis longtemps à ce stade.

J’attire votre attention sur le fait qu’arrivé au tome 5 d’un cycle, les spoilers sur le contenu des tomes précédents sont inévitables, ce qui fait que cette critique en contient fatalement. Par contre, elle est garantie sans spoiler majeur sur l’intrigue propre à ce roman.  Lire la suite

Rebelle du désert – Alwyn Hamilton

Commentaires 22 Par défaut

Un roman de « Paranormal romance Weird West Arabian Gunpowder Fantasy » (avec du X-Men dedans)

rebelle_desertRebelle du désert, qui paraît chez Pocket Jeunesse, conte l’histoire de la jeune Amani, 16 ans, qui fuit sa triste vie d’orpheline en compagnie d’un bel étranger ténébreux, mystérieux et à la mâchoire carrée, un fugitif dont elle tombe amoureuse. Intrigué par ce livre Young Adult, conseillé par Elbakin, le site français de référence en matière de Fantasy, je… mais, non ! Ne partez pas ! Mais oui, vous êtes bien sur Le Culte d’Apophis ! Quoi ? Non, pas besoin d’exorciste, c’est bien moi ! Vous dites ? L’invasion des quoi ? Non, aucun être extraterrestre n’a colonisé mon cerveau…

Bon, trêve de plaisanterie (et je m’empresse de préciser que je ne critique les goûts et lectures de personne, c’est juste que ce roman ne correspond pas spécialement aux critiques faites sur ce site -qui tendraient plutôt vers la dark fantasy guerrière, la SF militaire, transhumaniste et la Hard SF-), parlons plutôt d’Alwyn Hamilton, l’auteure : cette jolie jeune femme canadienne de 26 ans vit à Londres, après avoir passé l’essentiel de son enfance dans notre beau pays. Ce livre est son premier roman, paru cette année (la traduction a été rapide…) après que 8 maisons d’édition aient participé aux enchères. Il a depuis été publié dans neuf pays. C’est le premier volume d’une trilogie, le second devant sortir en février 2017 en Angleterre (sous le titre Traitor to the throne) et le troisième étant prévu pour 2018.

Ce roman était, d’après ce que j’en savais, la combinaison de deux sous-genres de la Fantasy qui m’intéressent beaucoup : celle des Mille et une nuits et… la Gunpowder Fantasy ! Vu l’intérêt considérable que je porte à chacune des deux, il était donc logique que je me rue sur ce bouquin, même… si c’est du Young Adult et que la quatrième de couverture ne m’inspirait pas du tout confiance. Vous l’avez compris, j’ai fait un pari, en me basant essentiellement sur la critique parue sur Elbakin : a-t’il été payant ? Pas du tout. Par contre, ce livre me réservait une grosse surprise : il relève en fait également du… Weird West !  Lire la suite