Zémal – L’épée de feu – Javier Negrete

Commentaires 13 Par défaut

Une belle écriture, mais un premier tome un peu creux (bien que prometteur)

zemalEn France, l’écrasante majorité de la SFFF que nous lisons provient de deux sources : l’édition en langue anglaise (américaine ou britannique pour l’essentiel), et la production francophone (Française, mais aussi belge, etc). Pourtant, certains éditeurs tentent de sortir des sentiers battus en nous proposant des auteurs venus d’autres horizons : on pense par exemple à Bragelonne (qui publie de la Fantasy allemande) ou à Fleuve Noir (avec Perry Rhodan), mais le champion toutes catégories de la publication d’auteurs ni-anglo-, ni franco-phones reste l’Atalante : d’auteurs allemands (comme Andreas Eschbach) à l’auteur espagnol (Javier Negrete) qui va nous occuper aujourd’hui, l’éditeur Nantais s’est fait une spécialité de dénicher des auteurs intéressants quel que soit le pays d’où ils puissent provenir (notez que cette tendance s’amplifie, tous éditeurs confondus, français ou autres, depuis quelques années, avec l’émergence d’auteurs indiens ou chinois, par exemple).

Javier Negrete, donc, est un auteur Madrilène qui a écrit dans un nombre ahurissant de genres : livres adultes et jeunesse / Young adult, SF, Fantasy, Fantastique, Uchronie, romans historiques et même… érotiques ! Zémal (l’épée de feu) est le premier volume d’un cycle, Chronique de Tramorée, qui en compte 4 (5 dans l’édition française, le quatrième étant divisé en deux livres). Mais avant tout, rendons à César… C’est à la suite de la lecture de l’excellente critique de la non-moins excellente Boudicca sur le Bibliocosme (un blog SFFF hautement recommandable) que je me suis intéressé à ce cycle (et également du fait de ses superbes couvertures, dans un style très Jeu de rôle -qui me rappelle celui de l’illustrateur des couvertures de Rolemaster– qui me « parle » beaucoup).  Lire la suite

Publicités

Mémoire – Mike McQuay

Commentaires 8 Par défaut

Inoubliable

memoireMike McQuay était un auteur américain de SF, décédé en 1995 d’un infarctus, à l’âge de 45 ans. Il a écrit plusieurs dizaines de romans, dont la novélisation de New York 1997 de John Carpenter, un des deux textes du volume 2 de La Cité des Robots d’Isaac Asimov, ainsi que le très bon 10 sur l’échelle de Richter, en collaboration avec Arthur C. Clarke.

Mémoire est probablement son roman le plus abouti et le plus connu. Il a fait partie des nominés pour le prix Philip K. Dick 1987. Il s’agit d’une histoire mélangeant futur post-apocalyptique (type effondrement écologique) et voyage dans le temps, mais sous une forme inhabituelle à défaut d’être originale (nous en reparlerons) : on se sert d’une drogue permettant de remonter dans la mémoire ancestrale de sa lignée et de « posséder » le corps de son ancêtre. Et quand celui-ci s’appelle Napoléon et que son descendant est un soldat bien énervé et bien instable du lointain futur, on imagine aisément (et avec effroi) les conséquences possibles… Mais le cours de l’histoire est-il si facile à modifier que cela ? Pas sûr… Lire la suite

Guerre et Dinosaures – Victor Milan

Commentaires 12 Par défaut

Un univers mélangeant beaucoup trop d’influences, une narration un peu trop sur courant alternatif

dinosaur_warVictor Milan est un auteur américain très prolifique et adepte, comme son ami Daniel Hanover, de l’utilisation de pseudonymes. Il a rédigé plus de 100 romans, dont certains situés dans des univers partagés célèbres, comme ceux de Star Trek, des Royaumes Oubliés, Wild Cards (série de livres popularisée par G.R. R. Martin)  ou Battletech. Il écrit aussi bien de la science-fiction (orientée cyberpunk) que de la Fantasy. Le roman qui nous occupe aujourd’hui fait partie de ce dernier genre (du moins au premier abord : les choses sont en fait plus complexes) : c’est le premier d’une trilogie qui, à terme, pourrait être étendue à un second cycle de 3 romans, plus des textes courts. La sortie du second tome est prévue (en anglais) en juillet.

Comme le souligne la citation de  G.R.R. Martin sur la couverture, ce cycle peut être considéré comme « un croisement entre Jurassic Park et le Trône de Fer ». Mais est-on sur la qualité de ce dernier ? Vous et moi avons déjà rencontré ce genre de comparaison, par exemple sur Les Mille noms de Django Wexler, et à chaque fois elle s’est révélée peu pertinente, sinon grossièrement exagérée. Ne faisons pas durer le suspense : la réponse est non, nous sommes loin de la qualité de l’illustre cycle de G.R.R Martin.  Lire la suite

Les Mille noms – Django Wexler

Commentaires 15 Par défaut

Tout à fait dans les codes de la Flintlock, ce roman est intéressant mais souffre de quelques longueurs

mille_nomsDjango Wexler est un chercheur en intelligence artificielle qui travaille pour Microsoft à Seattle. C’est aussi, et surtout, un des auteurs phares d’un sous-genre en plein boom dans l’édition anglo-saxonne, la Flintlock Fantasy. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ce terme dans la critique du tome 1 de Téméraire, mais sans entrer dans les détails, ce que je vais par contre faire ici.

Ce roman est le premier d’un cycle prévu pour en compter cinq (plus une préquelle ; le roman 4 sort -en anglais- en août). Quelqu’un a déclaré à son sujet qu’il était aux guerres Napoléoniennes ce que le Trône de Fer était à la Guerre des Deux-Roses. Je suis le premier conscient qu’on abuse des comparaisons avec le cycle phare de G.R.R. Martin (lui le premier, d’ailleurs, qui n’en est pas avare, particulièrement envers les écrivains plus jeunes -Victor Milan, Daniel Hanover, etc- qui font partie de son cercle), et donc j’ai en général la dent dure lorsqu’elles se révèlent finalement totalement injustifiées, voire fantaisistes. Alors, est-ce le cas ici ?  Lire la suite

Kane – Intégrale 3 – Karl Edward Wagner

Commentaires 12 Par défaut

Un ultime tome très inégal

Kane_3Troisième et dernier volume de l’intégrale des aventures de Kane ! Il comprend neuf nouvelles (plus une première version de Lynortis, qui se trouvait dans le Tome 2), un poème, un fragment de quatrième roman (12 pages seulement) et un article rédigé par Karl Edward Wagner en personne et consacré à son (anti)héros. La plupart de ces textes font 20-30 pages, sauf cinq d’entre eux, qui naviguent entre 70 et 130.

Particularités de ce tome 3 : Kane y vit des aventures dans notre monde moderne, et il rencontre un autre antihéros de Fantasy fameux : Elric en personne. De plus, cette fois, sept des neuf nouvelles étaient inédites en français au moment de la publication de l’ouvrage.

Mais voyons tout cela de plus près :  Lire la suite

L’épée de l’Ancillaire – Ann Leckie

Commentaires 10 Par défaut

Un roman nettement meilleur que le premier tome, mais toujours caractérisé par de nombreux défauts et d’un intérêt discutable

ancillary_swordCe roman, titulaire du prix Locus, est la suite de La justice de l’Ancillaire et le second des trois volumes des Chroniques du Radch. Deux constatations préliminaires : premièrement, l’éditeur nous propose le tome 2 juste un peu plus de six mois après la sortie du tome 1, ce qui est appréciable ; deuxièmement, il a fait un effort de présentation, la couverture étant nettement plus esthétique que celle du roman précédent du cycle.

Le premier tome est arrivé précédé d’une réputation flatteuse, notamment générée par le gain de la totalité des prix les plus prestigieux en matière de SF (Hugo, Nebula, etc). La réception du public français a été très contrastée : pour certains, c’est un chef-d’oeuvre de SF intelligente, sensible, militaire mais non-militariste ; pour d’autres, c’est un roman aux choix de traduction contestables (rendant la lecture pénible), à l’univers sans originalité et au rythme quasi-absent (sauf dans les 50 dernières pages).

Quoi qu’il en soit, malgré un avis mitigé sur le tome 1, j’ai fait le choix de donner sa chance à l’auteure en me lançant, dès sa sortie, dans la lecture de l’Épée de l’Ancillaire. Alors, ce roman est-il plus rythmé et plus intéressant que son prédécesseur ? Le tome 3 sera-t’il dans mon programme de lecture ? Lire la suite

Fimbulwinter – E. William Brown

Commentaires 7 Par défaut

(Fimbul)winter is coming !

fimbulwinterLe Fimbulwinter, dans la mythologie nordique, est le terrible hiver qui précède le Ragnarök, la fin du monde. Il dure trois ans, sans que la chaleur d’un été ne vienne réchauffer l’humanité. Durant cette funeste période, la guerre sera également omniprésente, et, selon l’expression consacrée, le frère y tuera le frère.

Il s’agit du premier des trois romans racontant les aventures de Daniel Black, terrien projeté dans un monde parallèle Fantasy par l’action d’une déesse grecque, qui lutte contre les dieux nordiques.

Si ce livre m’a intéressé, ce n’est pas parce que c’est un chef-d’oeuvre (vu que ça n’en est pas un, justement), ni pour l’aspect sexuel qui y est omniprésent, et encore moins pour sa couverture (la plus insipide et cheap de toute l’histoire des e-books, probablement) mais parce que j’avoue que la perspective de voir les anciens dieux s’affronter entre eux était pour moi particulièrement motivante. De plus, j’ai toujours montré beaucoup d’intérêt pour les histoires où un terrien moderne atterrit dans un monde de Fantasy. Lire la suite