Cookie Monster – Vernor Vinge

Commentaires 3 Par défaut

Dixie Mae a le sentiment qu’elle n’est plus au Kansas

cookie_monster

Etant donné que je vais vous reparler très prochainement en détails de cet auteur, je ne vais pas vous faire sa bio dans cette critique, vous pourrez en apprendre plus sur lui, si vous ne le connaissez pas, dans celle d’Un feu sur l’abîme.

Cette histoire est ce que les américains appellent une novella (en France, nous employons plus volontiers le terme de « roman court »), c’est-à-dire un texte dont le nombre de pages / mots est situé entre ceux d’une nouvelle et d’un roman. C’est le troisième sorti dans une nouvelle collection, Une heure-lumière, créée par Le Belial’ et tout spécialement dédiée à ce format intermédiaire, ainsi qu’à la publication de textes primés (Hugo, Nebula) mais jusqu’ici inédits.

Personnellement, je salue cette initiative : des textes de qualité, inédits, une édition soignée, de grands auteurs, un prix attractif, que demande le peuple ? De plus, j’ai la nostalgie de cette époque, lorsque j’étais adolescent, où on trouvait de courts romans (chez Pocket SF, principalement), de moins de 280 pages, en gros (et souvent de 150-220) pas chers, de qualité et lus en une après-midi pluvieuse ou une longue soirée lecture. Il y avait notamment des tonnes de Moorcock, qu’on ne trouve plus aujourd’hui à l’unité, seulement en Intégrales.

Je salue aussi le fait de publier les textes ayant été primés (pour le Hugo, principalement) en format court et qui, jusque là, étaient restés largement ignorés par les divers éditeurs. Bref, sachant qu’en plus les prochaines parutions impliquent de grands noms comme Liu, Baxter ou Egan, cette collection a, à mon avis, trouvé une niche très intéressante et a un bel avenir devant elle (et c’est tout le mal qu’on lui souhaite).

Intrigue, thèmes, angle d’approche, difficulté de lecture

Première précision : c’est de la Hard-SF, avec une perspective transhumaniste. Si vous connaissez l’homme et son oeuvre, cela ne vous étonnera pas de la part de Vinge. Si vous ne le connaissez pas, pensez à un écrivain au moins aussi visionnaire qu’Egan, mais considérablement plus accessible. Car oui, le terme « Hard SF » fait peur à certains, ils imaginent forcément qu’en terme de vocabulaire ou de concepts, ça va être ardu à suivre ou à comprendre. Je rassure tout de suite cette catégorie de lectrices et de lecteurs, ce n’est nullement le cas ici. Oui, il y a quelques termes un peu techniques (je sais ce qu’est un Condensat de Bose-Einstein, ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde), mais l’histoire de Vernor Vinge est complètement compréhensible par tous.

L’intrigue suit Dixie Mae, une jeune femme qui a un peu tendance à voir rouge sur les bords et qui, alors qu’elle commence un nouvel emploi dans le service clients du nouveau géant informatique U$ (celui qui a mangé tout cru Microsoft et IBM), reçoit un message qui, outre son formatage étrange et inhabituel, lui donne des détails secrets qu’elle seule connaît, ainsi qu’un indice pour retrouver son expéditeur. Piquée au vif, elle se met alors à mener son enquête lors de sa pause déjeuner, accompagnée de son irritant collègue, Victor.

Commence alors un jeu de piste et une véritable enquête « policière », très bien rythmée, avec une grande maîtrise de la chronologie des révélations. Les personnages, malgré le format court du texte, sont assez solidement campés, et le lecteur est vite happé par le suspense et l’envie de savoir de quoi il retourne.

Il est difficile d’en raconter trop sans vous gâcher le plaisir de la découverte. Je dirais juste qu’outre cet aspect jeu de piste / enquête, il y a aussi un net aspect Alice au pays des merveilles / Magicien d’Oz. Je vais éviter de parler de la thématique centrale, mais disons juste qu’elle est dans la même veine qu’un texte d’Egan, mais en beaucoup, beaucoup plus réussi (si vous êtes curieux et n’avez pas peur de vous spoiler, le texte en question a été chroniqué sur ce blog). La fin est très ouverte, et je trouve dommage que ce roman court, paru en 2003 et titulaire du Hugo (format Novella) en 2004, n’ait pas été développé en roman de plein droit.

En conclusion

Avec Vernor Vinge, on a l’habitude d’une vision du futur, proche ou lointain, d’une ampleur, d’une originalité et d’une justesse époustouflantes autant que visionnaires. Avec ce texte, il se surpasse, et se paie le luxe de battre Egan (qui a sorti un texte sur le même thème quelques années plus tard) sur son propre terrain. Bref, voilà un excellent choix de texte fait par les responsables de la nouvelle collection « Une heure-lumière », qu’on félicitera donc, ainsi que Jean-Daniel Brèque, qui signe, comme à chaque fois, un travail impeccable.

Par contre, un tout petit bémol, mais agaçant : Vinge parle d’autres auteurs et œuvres de SF dans son texte, et je ne le remercie pas pour le gros spoiler sur Darwinia de Robert Charles Wilson, que je dois attaquer d’ici quelques semaines. Je pense qu’il aurait fallu éviter.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez lire un deuxième avis sur ce roman court, je vous conseille la critique de Yogo, celle de Lorhkan, celle de l’Ours inculte, celle de Lutin

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Cookie Monster – Vernor Vinge

  1. Pingback: Cookie monster, de Vernor Vinge - Lorhkan et les mauvais genresLorhkan et les mauvais genres

  2. Une belle surprise cette Novella, j’ai été vraiment surpris. ! J’ai pas relevé le spoiler pour Darwinia, comme j’en ai pas prévu la lecture ça m’a moins choqué surement ^^

    Aimé par 1 personne

    • Tout ce qu’a publié Vinge est de grande qualité, je n’ai été que rarement déçu avec lui. Et concernant Darwinia, je vais quand même le lire. Un jour. lointain. Peut-être que j’aurai oublié le spoiler d’ici là ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s