L’homme des jeux – Iain M. Banks

Le plus accessible des livres les plus anciens sur la Culture

player_of_games

Les livres du cycle de la Culture étant largement indépendants les uns des autres, on peut un peu les lire dans l’ordre que l’on veut. Parmi les 3 plus anciens (Une forme de guerre, l’Homme des Jeux et L’usage des armes), je conseillerais fermement la lecture du présent livre à un néophyte souhaitant découvrir l’univers de la Culture.

En effet, Une forme de guerre, même s’il n’est pas dépourvu de qualités et d’un certain intérêt, à deux gros défauts pour un néophyte : il ne parle pas assez de la Culture (et pour cause, le roman se place du point de vue de ses adversaires), et souffre d’un gros manque de rythme. Quant à L’Usage des armes, je le déconseille pour une première lecture dans l’univers Culturien. En effet, sa construction très particulière le rend… non pas difficile, mais exigeant à lire, et de plus l’histoire est très, très noire. Bref, grâce à l’immersion progressive dans l’univers de la Culture qu’il offre, à son histoire ayant des côtés sombres mais sans que ce soit à outrance et grâce à un bon rythme, ce roman a toutes les qualités pour être le premier lu par une personne cherchant à découvrir ce cycle. Si ce lecteur accroche au niveau du style et de l’univers développés par l’auteur, il sera toujours temps de lire ce chef-d’oeuvre de noirceur qu’est l’Usage des armes ensuite, ou d’en apprendre plus sur la guerre Idirane, omniprésente dans le cycle, dans Une forme de guerre.

Pour ce qui est du roman qui nous occupe aujourd’hui, ses principales qualités sont un rythme très bien dosé (qui va en s’accélérant au cours du roman), une découverte de la civilisation Culturienne en douceur, l’originalité de l’approche (la comparaison entre les modèles civilisationnels via un jeu, le jeu en tant que méthode de promotion sociale), l’immersion (on ressent les doutes et les triomphes du héros comme si on y était), et également une première approche du côté retors, subtil et manipulateur des sections Contact (avec les autres espèces / civilisations) et Circonstances spéciales (renseignement militaire) de la Culture. J’ajoute que l’espèce décrite, avec ses trois sexes, est plutôt originale, et que sa civilisation est à la fois cohérente et fort bien décrite.

En résumé, un bon roman au sein du cycle de la Culture (le mieux rythmé avec La Sonate Hydrogène, à mon sens), un très bon roman de SF en général, et le livre le plus accessible au néophyte parmi les 3 premiers / plus anciens du cycle de la Culture.

Advertisements
Cet article a été publié dans Science-Fiction, SF Transhumaniste, Space Opera. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’homme des jeux – Iain M. Banks

  1. Ping : Le dragon ne dort jamais – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  2. Ping : PAL de Janvier 2016 – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s