La Sonate hydrogène – Iain M. Banks

Le dernier, mais non des moindres

sonate_banks

La Sonate Hydrogène constitue le dernier chapitre du cycle de la Culture, qui s’est en tout étalé sur un quart de siècle et 8 romans (9 si on compte Inversions, 10 en comptant le recueil de nouvelles). Et mille fois hélas, par « dernier », je ne veux pas seulement dire « dernier en date », mais bel et bien « ultime ». Iain Banks, l’auteur, nous a hélas quittés, victime d’une forme rare et très agressive de cancer diagnostiquée très tard. Le fan du cycle, dont je suis, attendait donc cet ultime volet avec une certaine émotion, mais aussi avec une certaine appréhension : ce volet final allait-il être à la hauteur des attentes ? Précision importante, l’auteur ne se savait pas (à ma connaissance) malade lors de l’écriture de ce roman, et donc il ne clôt en rien l’histoire de la Culture. Peut-être que, s’il avait vécu plus longtemps, il aurait rédigé un dernier volet au cycle, pour lui donner une certaine forme de conclusion, mais nous n’en saurons probablement jamais rien. Donc, la Sonate constitue « juste » un roman de plus dans l’univers de la Culture.

Ceci étant posé, que vaut ce livre ? Tout est dans le titre de mon commentaire : c’est peut-être, par la force des choses, l’ultime volet du cycle de la Culture, mais en tout cas on peut sans problème le classer parmi les meilleurs romans du cycle.

Pour les connaisseurs du cycle, justement, sachez que la Sonate a pas mal de points communs avec Excession, que ce soit sur la forme (le « tchat » entre Mentaux de vaisseaux) ou une partie du fond (là aussi, un groupe de Mentaux se forme pour enquêter sur des événements inhabituels -précisons qu’il ne s’agit pas de la Bande des Temps intéressants d’Excession, puisqu’elle est explicitement évoquée et mise « hors de cause »-). Ceux qui ont apprécié ce volet du cycle risquent donc fortement d’apprécier la Sonate, tandis que ceux qui ne l’ont pas aimé risquent d’avoir, de fait, un peu plus de mal. La Sonate poursuit d’ailleurs la tendance amorcée à la fin de Les Enfers Virtuels et assez nouvelle chez Banks de faire référence explicitement à des personnages d’autres romans du cycle (jusque là, à part des références assez régulières à la guerre Idirane et le cadre commun -la Culture-, chaque roman était largement indépendant des autres). De même, suivant la tendance initiée dans Les Enfers Virtuels, nous en apprenons plus sur un autre des au-delà (à part les Virtualités) vers lesquels les habitants de la galaxie peuvent se diriger, à savoir la Sublimation (nous en reparlerons).

Autre caractéristique marquante : c’est le roman du Cycle le plus orienté combats et action, à l’exception peut-être d’Une forme de guerre. Combats de vaisseaux, entre drones, androïdes ou même, pour la première fois, impliquant un avatar de vaisseau, il y en a pour tous les goûts et à toutes les échelles. Il est d’ailleurs fascinant de découvrir la puissance d’un avatar, qui n’étaient jusque là jamais entrés en action. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce sont des « clients sérieux ».
Au niveau des combats de vaisseaux, ceux de la Culture font encore la preuve de leurs considérables capacités, même si, pour la première fois, l’un d’eux perd un combat face à un adversaire pourtant largement inférieur. Comme quoi, même la Culture n’est pas toute-puissante. Remarquons d’ailleurs que même s’il ne prend pas part à l’action, le plus gros vaisseau de la Culture jamais décrit par Iain Banks fait une apparition remarquée : avec ses 200 km de long et ses 13 milliards d’habitants, l’Empiriste fait son petit effet tout de même. Au chapitre nouveautés technologiques, remarquons au passage l’évocation de deux nouveaux types de Mentaux de vaisseaux, une conscience de groupe d’esprits biologiques téléchargés et un mental hybride culture / alien.

Plus qu’un aspect martial renforcé par rapport à la moyenne du cycle, on a aussi le sentiment que le roman est soit plus, soit mieux rythmé que la plupart de ses prédécesseurs. On pourra par contre émettre une légère critique sur la fin, le « grand secret » se révélant au final plus que fade. Mais peu importe, ce qui compte, ce n’est pas la destination, mais le voyage. Et quel voyage ! Un roman du cycle de la Culture, c’est avant tout un panel extraordinaire de machines fabuleuses, d’extraterrestres étonnants, de mondes étranges, de personnages hauts en couleurs et de noms de vaisseaux pittoresques. Sur ce plan, la Sonate constitue probablement le sommet du cycle : plus encore que dans les autres livres consacrés à la Culture, on en prend plein les yeux. La variété des personnages a de quoi laisser rêveur : une militaire à quatre bras, son familier en forme de cape intelligente, un avatar de vaisseau, un androïde persuadé qu’il est dans une simulation tout au long du roman, un individu réputé avoir dix mille ans, un adepte des reconstructions physiques aux goûts disons… extrêmes, etc. Bref, du pur Banks, mais puissance dix même par rapport aux « standards » du cycle.

Un mot sur l’histoire : nous en apprenons désormais beaucoup sur la Sublimation, un procédé dont nous entendions en fait parler depuis le tout début du cycle. Il s’agit d’une méthode consistant, pour une civilisation, à quitter l’espace-temps « normal » pour des dimensions supérieures, autrement inaccessibles, où l’existence est plus riche, plus complète, et surtout éternelle. C’est un concept bien connu en SF, ne serait-ce que chez Clarke. Alors qu’une race cousine de celles ayant formé la Culture va se sublimer, une autre race, comme il est de coutume de le faire en pareil cas, vient lui révéler un secret qu’elle lui cachait avant qu’elle ne parte vers le Sublime. Mais le vaisseau messager est détruit, et pire encore, la faction qui a eu connaissance de l’événement voit son QG détruit… par un vaisseau ami ! Mais le crime ne restera pas impuni, car dans les deux cas, les vaisseaux de la Culture ont bien vu que quelque chose clochait, et ils mènent donc l’enquête. Enquête qui va les mener à travers la moitié de la galaxie vers un membre de la Culture réputé vieux de dix mille ans, et pouvant confirmer le secret. D’où la mise en place d’un groupe de vaisseaux coordinateurs, et les nombreux dialogues entre eux qui parsèment le livre. Bien entendu, les meurtriers vont essayer de cacher leur crime, les espèces en concurrence pour s’emparer de la technologie et des territoires abandonnés post-Sublimation vont en venir aux mains, et qui va se retrouver au milieu ? Mais la Culture bien sûr !

Bref, pour résumer, un très bon ultime roman du cycle de la Culture, rythmé, intéressant, et nous en apprenant plus sur deux grands thèmes, la Sublimation et les origines de la Culture. C’est peut-être un peu facile, mais j’ai envie de conclure en disant que grâce à ce bon texte, nous assistons à une très belle Sublimation… de la Culture. Elle nous manquera, en tout cas.

Advertisements
Cet article a été publié dans Science-Fiction, SF Transhumaniste, Space Opera. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La Sonate hydrogène – Iain M. Banks

  1. Ping : Un feu sur l’abîme – Vernor Vinge | Le culte d'Apophis

  2. Ping : Le dragon ne dort jamais – Glen Cook | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s