La Maison d’acier – David Weber / collectif

En un mot comme en cent, indispensable pour tout fan d’Honor Harrington et de son univers

weber_acier

Ce livre est le premier d’une série de trois devant nous présenter avec un luxe inouï de détails l’univers dans lequel ont lieu les aventures d’Honor Harrington. Ce premier tome est consacré à Manticore et à Grayson.

Il est divisé en trois parties :

  • Un roman court (environ 220 pages)
  • La description complète de Manticore (environ 230 pages, dont plus de 130 consacrées à la Flotte, aux Fusiliers et à l’armée).
  • Celle de Grayson (environ 110 pages).

Plus des annexes (dont certaines très intéressantes, comme la FAQ ou l’article expliquant comment on conçoit une Flotte spatiale). Ajoutez à cela un très beau cahier central (en papier glacé) avec des dessins très réussis nous montrant uniformes, vaisseaux et décorations. Signalons aussi des petits schémas ou dessins (des silhouettes de vaisseaux et d’armes légères, entre autres) dispersés dans toute la description de Manticore et de Grayson, et de très bonne facture.

Bon, mais est-ce que ça vaut le coup que je dépense mon argent pour ça, vous demandez-vous probablement ? Après tout, ce n’est pas le premier bouquin mêlant données techniques et petites histoires détaillant les origines de (ou un autre éclairage sur) tel ou tel événement / race (chats sylvestres) / individu, et si tout a été jusqu’à présent bien écrit et sympathique, tout n’a pas toujours été à proprement parler indispensable. Est-ce le cas ici ?

Voici mes réponses :

Le roman court

Il explique comment (pourquoi, de quelle manière, grâce à qui, malgré qui, etc) Manticore est passée de douze vaisseaux du Mur de Bataille (dont un seul Supercuirassé…), dont une bonne moitié complètement obsolètes, à 80 pendant le règne du Roi Roger, le père de la reine Elisabeth (celle de l’époque des aventures d’Honor), équipés d’une technologie bien plus avancée que celle de l’adversaire en plus de ça. Rien que pour ça, la lecture de ce roman me paraît capitale. Mais en plus, il donne un éclairage inédit sur tout un tas de choses, depuis les règnes des deux prédécesseurs d’Elisabeth jusqu’aux premiers pas de noms fameux de la saga (Sonja Hemphill, Janacek, Havre-Blanc) ou au caractère / à la psychologie de certains personnages (notamment Elisabeth et Hemphill). Bref, ce roman court n’a rien d’une information sympa mais dispensable, il me paraît au contraire assez incontournable, un vrai prequel, comme on dit au cinéma, de la saga.

Les descriptions techniques

Les deux entités politiques (Manticore et Grayson) sont décrites avec un luxe sidérant de détails : astrographie, histoire (celle de Grayson est très intéressante), système politique, personnalités de premier plan, espèces indigènes, et bien entendu forces armées, vous saurez TOUT sur elles. Vous croyez que j’exagère ? Vous voulez savoir comment s’appellent toutes les planètes du système de Manticore (même celles qui ne sont jamais évoquées dans la saga), quelle est la longueur d’un BAL Ecorcheur, l’accélération d’un Invictus, l’armement détaillé d’un porte-BAL de classe Minotaure, l’héritage de la classe Prince Consort, la philosophie de conception des Chevaliers Stellaires, les leçons tirées de l’emploi opérationnel des Saganami-A ? C’est simple, il vous suffit de lire ce livre, toutes les réponses s’y trouvent. Bref, si vous vous intéressez à cet univers, cet ouvrage me paraît être incontournable.

En conclusion

Oui, c’est pas donné, mais oui, vous en aurez pour votre argent, aussi bien au niveau du roman (qui a un réel intérêt) que des infos, présentes en qualité et en quantité (plus la présentation, schémas et cahier central couleur, qui est vraiment à la hauteur). Vivement la suite, j’ai vraiment hâte de lire l’équivalent sur Havre et les Andermiens du coup.

Advertisements
Cet article a été publié dans Science-Fiction, SF militaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La Maison d’acier – David Weber / collectif

  1. Ping : Bilan 2015 : Tops et flops – Le culte d'Apophis

  2. Ping : L’ombre de Saganami – David Weber | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s